Meilleurs vœux au VII

Je me souviens lorsqu’en décembre 2012, j’ai pris connaissance pour la première fois des études et des données sur la déficience visuelle. J’ai été surpris par l’ampleur du problème. L’impact néfaste du manque de correction des problèmes de vue est évident et dépasse nos estimations initiales. Les chiffres font froid dans le dos : le nombre de personnes concernées (2,5 milliards), la perte de productivité (272 milliards de dollars par an), les coûts liés aux difficultés scolaires pour les enfants déficients visuels, aux blessures chez les personnes âgées, aux risques en matière de sécurité routière et bien plus encore. Au-delà de tous ces coûts, nous avons montré l’impact de la déficience visuelle sur la société et la qualité de vie des personnes concernées.

Autre surprise : ce problème ne touche pas uniquement les pays émergents, mais aussi les pays les plus avancés.

Les médias ont largement relayé l’information sous son angle économique. Toutefois, nous avons également prouvé que, bien souvent, ce qui fait obstacle à l’obtention d’une correction pour ceux qui en ont besoin, n’est pas leur pouvoir d’achat mais bien le manque d’accès aux solutions.

Naturellement, les représentants des pouvoirs publics que nous avons rencontrés ont partagé notre surprise. Ils ont parfois exprimé des doutes ou nous ont interrogés sur les études mises à disposition sur notre site Web. Néanmoins, dans l’ensemble, les preuves que nous avons accumulées ont sensiblement aidé à faire comprendre les impacts de la déficience visuelle.

Les professionnels de l’optique ont accueilli la démarche du Vision Impact Institute avec enthousiasme. Nous avons eu l’occasion de communiquer nos conclusions à des ophtalmologistes, des optométristes et des opticiens dans le cadre de nombreuses conférences et séminaires. Sans votre soutien, cela n’aurait pas été possible.

Avant de quitter le Vision Impact Institute pour occuper un nouveau poste, je voudrais remercier pour leurs encouragements constants toutes les personnes qui jouent un rôle dans l’amélioration de la santé visuelle et que j’ai eu le plaisir de rencontrer. Je remercie également les fidèles lecteurs de ce blog pour leur attention et leurs commentaires. Je remercie le groupe Essilor de son soutien permanent, sans lequel cette initiative n’aurait pas vu le jour.

J’ai également le plaisir d’annoncer que Madame Maureen Cavanagh a été nommée présidente du Vision Impact Institute.  Maureen, qui travaille à Dallas, au Texas, a 23 ans d’expérience dans le secteur de l’optique à différents postes de direction aux États-Unis.  Dernièrement, elle assurait la présidence du groupe Nassau Vision et d’OOGP dans le New Jersey.  Elle est très enthousiaste à l’égard de cette nouvelle mission et continuera de faire avancer notre cause en apportant des preuves irréfutables démontrant que la santé visuelle est un enjeu prioritaire.

Sa tâche consistera à convaincre les gouvernements d’inscrire la santé visuelle à leur programme et de promouvoir des solutions simples et accessibles. Voir des enfants bénéficier d’un examen ophtalmologique, leur redonner le sourire et la possibilité d’une vie meilleure sont des moments que je souhaite à tout le monde de vivre.

Cette mission a été passionnante et je suis honoré d’avoir pu défendre cette cause cruciale.

Jean-Félix Biosse Duplan

Categories

Archive

RSS