La vue : soignons-la toute notre vie

En tant que mère de trois enfants, je suis persuadée que les parents sont toujours prêts à tout pour préserver la santé de leurs enfants. Lorsque j’ai appris qu’une mauvaise vue pouvait avoir un impact négatif sur l’état de santé général de mes enfants, sur leur réussite scolaire et leurs perspectives d’avenir, j’ai immédiatement pris rendez-vous chez un optométriste. Quelle n’a pas été ma surprise d’apprendre que, sur mes trois fils, deux avaient besoin de corriger une myopie et le troisième présentait un fort astigmatisme. Sans doute ne me suis-je pas aperçue des problèmes de vue de mes enfants, parce que moi-même je n’avais jamais eu besoin de corriger ma vue et j’avais donc tenu pour acquis que les yeux de mes enfants étaient en bonne santé. Ce n’est que des années plus tard que j’ai eu besoin, à mon tour, de lunettes, en raison du vieillissement progressif de mes yeux. Prendre soin de notre vue est vraiment un effort à fournir tout au long de notre vie.

À l’échelle planétaire, 63 % des enfants de 0 à 15 ans présentant des déficiences visuelles ont simplement besoin d’une paire de lunettes pour voir le monde différemment. En effet, les erreurs de réfraction non corrigées sont la principale cause de déficience visuelle dans le monde et la deuxième cause de cécité. Pourtant, 80 % des déficiences visuelles peuvent être corrigées, quel que soit l’âge !

Une étude récente portant sur des enfants, adolescents et adultes dans 14 États du Mexique a été la première à apporter des informations à ce sujet et a permis de découvrir que plus de 59 % de la population présente des erreurs de réfraction non corrigées, la myopie étant la première d’entre elles, avec 24,8 % de myopes, toutes catégories d’âge confondues.

Chez les sujets de 10 à 29 ans, la myopie était l’erreur de réfraction la plus courante et sa fréquence serait en augmentation chez les plus jeunes. À de nombreuses reprises, des études ont souligné combien il est important de diagnostiquer les erreurs de réfraction dès le plus jeune âge. Pourtant, de nombreux parents, dont je faisais partie, n’ont pas conscience des problèmes de vue de leurs enfants. Cette étude établit également un lien entre l’âge et toutes les erreurs de réfraction, puisqu’environ 60 % des sujets présentant une erreur de réfraction étaient âgés de 50 ans ou plus.

D’après les auteurs, dans tout le Mexique, les priorités en matière de santé des yeux entrent en concurrence et les prestataires de soins ophtalmologiques négligent parfois le traitement des erreurs de réfraction en faveur des maladies oculaires plus graves. Il est impératif de fournir un traitement des erreurs de réfraction à tous les niveaux du système de santé, en particulier à la base, directement auprès de la communauté.

Des cliniques telles que Salud Digna suppriment les obstacles aux soins, en permettant l’accès à des ophtalmologues dans les communautés locales, à des tarifs abordables. En intégrant les soins ophtalmologiques à la prise en charge globale de leurs patients, ces cliniques aident petit à petit les Mexicains à voir le monde sous un nouveau jour.

Alors que nous espérons améliorer la santé visuelle sur le long terme, nous devons tout mettre en œuvre pour veiller à ce que les bénéfices de la réfraction, de la correction et de la protection de la vue soient reconnus comme des priorités dans le domaine de la santé.

Categories

Archive

RSS