Éducation et mobilisation – Apporter des changements en Inde

Tout en préparant mes bagages pour rejoindre le 2e congrès mondial de l’optométrie (WCO) qui aura lieu à Hyderabad, je me souviens que l’Inde vient juste de célébrer les 70 ans de son indépendance. De toute évidence, l’Inde est parée pour l’avenir. Ce pays a connu une croissance économique significative au cours de ces 7 dernières décennies. En vérité, l’Inde pèse maintenant 2,3 billions de dollars et se classe au septième rang des économies mondiales. Elle est également considérée comme la principale économie à plus forte croissance au monde, affichant des taux de croissance supérieurs à 7 % en moyenne au cours des dernières années. Présentant un taux d’alphabétisation de 74 %, en hausse par rapport au taux de 18 % enregistré en 1951, l’Inde peut se vanter d’avoir considérablement amélioré son système éducatif. Dans le domaine des soins de santé, le taux de mortalité infantile est passé de 146 % en 1951 à 37 % aujourd’hui. Toutes ces données sont très réjouissantes !

Pour que l’Inde puisse continuer à bénéficier d’un avenir stable, de nombreux facteurs doivent entrer en jeu : une bonne gouvernance politique, des opportunités économiques, une amélioration des infrastructures et des réformes soutenues des soins de santé. Au moment où les leaders politiques aborderont la question des soins de santé, il sera primordial que le secteur de la santé oculaire soit convié et joue pleinement son rôle. Cette année, le thème du WCO « vision de qualité, accessible et santé des yeux » est parfaitement en phase avec l’initiative de l’Organisation mondiale de la Santé intitulée « Santé oculaire universelle : plan d’action mondial 2014-2019 », qui vise à réduire la prévalence des déficiences visuelles évitables de 25 % d’ici 2019. Pour atteindre cet objectif, une des possibilités consiste à mettre en place un système de santé oculaire à la fois durable et équitable au sein duquel le secteur de l’optométrie joue un rôle essentiel et reconnu.

À l’instar d’autres pays, la déficience visuelle touche tous les aspects de la société indienne, de la réussite scolaire chez les plus jeunes à l’autonomie des personnes âgées, en passant par la productivité au travail et la sécurité routière, tous ces aspects ayant un impact sur l’avenir d’un pays. On estime qu’une vision non corrigée a un impact négatif direct sur la perte généralisée de productivité et de qualité au travail, sur la sécurité routière, et engendre des problèmes de lecture et d’alphabétisation. Même s’il est impossible de s’attaquer à chacun de ces problèmes immédiatement, il est bon de savoir que nous pouvons apporter de petits changements qui, mis bout à bout, feront une grosse différence.

En Inde, le Vision Impact Institute (VII) met l’accent sur la sécurité routière et la vue saine chez les conducteurs. Saviez-vous que le coût des accidents de la route en Inde représente 3 % du PIB ? En outre, une étude récente a montré qu’en Inde, les conducteurs dont les résultats aux examens visuels étaient inacceptables avaient un taux d’implication dans des accidents de la route de 81 %, soit un taux 30 % plus élevé que les conducteurs dont la vision était bonne. Si on se fie à certaines sources, l’Inde aurait même dépassé la Chine pour ce qui est du nombre de victimes de la route, ce qui en ferait le pays aux routes les plus meurtrières au monde.

Afin de lutter contre ces statistiques négatives, le VII est heureux de soutenir le partenariat entre la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) et Essilor récemment annoncé et leur engagement à promouvoir le rôle de la vision dans la sécurité routière. Nous saluons ce partenariat pour ses efforts à promouvoir la vision comme l’un des piliers de la sécurité routière à l’échelle mondiale par le biais de campagnes de sensibilisation de grande envergure. La FIA a récemment annoncé une nouvelle règle d’or, « Faites vérifier votre vue », qui représente également une étape importante dans la sensibilisation sur la mauvaise vision en tant que problème majeur de santé publique.

Tandis que nous poursuivons notre travail de sensibilisation visant à donner la priorité à la vision dans les soins de santé globaux, nous continuerons très certainement à observer des améliorations dans l’éducation, la productivité et la sécurité routière. Dans le cas de l’Inde, ces améliorations pourraient se traduire par des taux d’alphabétisation encore plus élevés, une économie encore plus florissante et une diminution du nombre de victimes de la route qui menace même les plus jeunes. Il est possible qu’en faisant entendre la cause des déficients visuels aujourd’hui, nous ayons un impact sur l’avenir de l’Inde de ces 70 prochaines années !

Categories

Archive

RSS